REMISE EN CONTEXTE CLIMATOLOGIQUE

Les températures ont ainsi affiché entre 15 et 21°C comme maximas aujourd’hui, mais est-ce réellement un record ?! 
On entend un peu partout parler de records journaliers de température mais est-ce significatif ?! 

Effectivement, il n’ a jamais fait aussi doux un 6 novembre depuis le début des relevés uniformisés de l’IRM. Mais qu’en est-il des 7,8,9… novembre alors ? C’est bien ça le problème. Permettez-moi, dès lors, de rependre la réaction de Luc Trullemans par rapport au record journalier d’aujourd’hui : 

« Novembre 2018: pas de record de chaleur battu ce mardi 6/11/18 à Uccle (IRM)

Température maximale relevée ce mardi 6/11/18 à Uccle, la station de référence de l’IRM : 19,2°

Comme souvent, vous lirez dans la presse que c’est un record JOURNALIER pour un 6 novembre, ce qui n’a aucune valeur scientifique !

Le vrai record à battre pour le mois de novembre était  » 20.3°  » , maximum qui fut relevé le 12 novembre 1995!

Ce fut néanmoins le cinquième jour le plus chaud pour le mois de novembre, ex-aequo avec  » 19.2°  » le 7/11/1955 (5)

La quatrième place revient au 3/11/1994 avec 19.3° (4)

Le podium est toujours détenu par :

le 1/11/2014 avec 20.0° (3), le 4/11/1994 avec 20.2° (2) et bien sur le 12/11/1994 avec 20.3° (1) ». 

Par cette publication et via les sources de l’IRM nous pouvons en conclure que, si les conditions sont favorables, il est donc possible d’atteindre 20°C à Uccle au moins jusqu’au 12 novembre. Il n’y a donc pas matière à annoncer un record pour aujourd’hui, même si nous avons vécu une journée remarquable de douceur.

En effet, si on prend environ 120 ans de mesure météo en compte pour Uccle (au XIX ième siècle, les mesures étaient peu précises), on reste avec 365 jours par an. C’est-à-dire 365 chances de battre un record établi pour 120 occurrences. Lors de flux méridionaux (nord ou sud) très présent, on peut dire qu’il est quasi normal d’établir de nouveaux records pendant l’année. Pour simplifier, c’est comme si nous jouions à la roulette avec 120 chiffres. Imaginons que je lance 365 fois la roue et que je vous fasse l’annonce d’un record si j’atteins un chiffre égal ou supérieur à 115 par exemple. Ca n’a pas vraiment de sens. En dehors du hasard, c’est plus ou moins le même principe pour les records journaliers. Il serait par contre judicieux de constater si le nombre de records journaliers augmente au fur-et-à-mesure des années. 

Dans cette optique, j’ai pris l’ensemble de l’année 2018 en compte. Et là, on peut dire que nous vivons une année assez exceptionnelle entre chaleur et sécheresse. Mais là encore, il y a des années pour rivaliser, notamment 1921 et 1976. Vous pouvez d’ailleurs constater sur ce graphique que jusque 2011, il n’y a pas vraiment de tendance à la sécheresse pour notre pays. Cette remarque ne change pas suivant la récente sécheresse, il y a quelques années on parlait même d’une Belgique soumise à des quantités de précipitations grandissantes, comme quoi…  
                                  Source: Aquawal.be

En climatologie, certains scientifiques ont d’ailleurs démontré qu’il existe des cycles. Par exemple dans le cas d’étés hors normes, on évoque les cycles de Mironovitch qui s’étale sur une période de 55 ans environ et de Brezwoski qui se produit entre 21 et 23 ans environ. A l’échelle de l’Europe, 1921, 1946 et 1976, 2003 et maintenant 2018 correspondent plus ou moins à ceux-ci.
Il n’y pas de doute sur le réchauffement graduel, depuis quelques années, de la température au-dessus de notre pays (voir graphique ci-dessous) et dans le monde pour des causes multiples. Néanmoins, il ne faut pas y voir des causes et des effets partout. Enfin, en climatologie, en prenant des références différentes, il y a quasi moyen d’annoncer des records toutes les semaines, surtout avec des stations météorologiques récentes. A vous alors de replacer les chiffres dans leur contexte. 
Source: climat.be

Bonne soirée. 

Mic. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.