Retour sur la canicule et les orages

La dernière décade de juillet, en plus de la sécheresse, a été marquée par une canicule remarquable mais non exceptionnelle (sauf exceptions locales). Elle rentre dans les critères de vague de chaleur telle que définie par l’IRM (cinq jours à plus de 25°C dont trois à plus de 30°C). Ce coup de chaud est lié à la persistance d’un puissant anticyclone d’altitude sur la Scandinavie (il s’y trouve depuis un moment) et à la plongée d’une dépression sur l’Atlantique, orientant un flux d’air très chaud d’origine tropicale sur nos régions (20°C à 850 hPa – 1550 mètres d’altitude).

Géopotentiel* à 500 hPa et pression au niveau de la mer le 27 juillet à 2h00 (source: Meteociel).
 
Le 24 juillet est la première journée réellement chaude, et aussi la première de l’année au cours de laquelle Uccle atteint les 30°C, preuve s’il en est que le temps chaud que nous connaissons depuis deux mois est plus interminable qu’intense. On note 33,1°C à Kleine-Brogel, 33,0°C à Angleur, 32,2°C à Hastière, 31,4°C à Gosselies, 31,3°C à Ernage et 30,9°C à Uccle. La nuit suivante est chaude, en plusieurs stations le mercure ne descend pas en-dessous de 20°C.
 
Le 25 juillet, les températures sont plus élevées: 35,0°C à Angleur, 34,8°C à Kleine-Brogel, 32,8°C à Uccle, 32,6°C à Gosselies, 32,3°C à Ernage, 32,2°C à Dourbes. Malgré l’air sec des basses couches, quelques orages éclosent ça et là dans l’après-midi, avec des bases nuageuses très élevées (Hesbaye, Entre-Sambre-et-Meuse, Condroz et Ardenne dans une moindre mesure). Une petite zone de convergence assez mal définie semble en être à l’origine.
 
Le 26 juillet est encore plus chaud et voit quelques stations égaler ou établir un nouveau record absolu de température (c’est le cas notamment de Zaventem et de Beauvechain). On relève 36,2°C à Angleur, 34,3°C à Bierset, 31,7°C à Saint-Hubert, 35,4°C à Uccle, 35,7°C à Beauvechain, 35,9°C à Gosselies, 36,4°C à Hastière, 35,1°C à Florennes, 35,9°C à Dourbes, 35,4°C à Ernage et 33,9°C à Buzenol. Une nouvelle fois, malgré de l’air sec, des orages faibles à modérés éclatent ça et là, notamment du côté de Liège où de la grêle est signalée. En fin d’après-midi, Bruxelles et Charleroi connaissent chacune un orage assez fort, avec de la grêle. La foudre frappe deux maisons dans le nord de Charleroi, et une rafale de 91 km/h est relevée à l’aéroport de Zaventem. A nouveau, une convergence assez mal définie pourrait avoir contribué à l’organisation de ces orages. Il tombe 30 mm de pluie à Uccle, menant ça et là à quelques débordements.
 
L’orage de Charleroi, vu depuis le nord-est de Namur. L’air sec en basse couche permet à la base du cumulonimbus d’être très élevée et d’être ainsi visible de très loin (auteur: Le Chroniqueur météo).
 
Le 27 juillet est thermiquement similaire à la veille, mais aussi la dernière journée de la canicule. Un front froid approche par l’ouest, précédant des courants maritimes moins chauds. La nuit du 26 au 27 est remarquable; à Bierset la température ne descend pas en-dessous de 24,0°C. L’après-midi, on relève 35,4°C à Uccle, 35,9°C à Gosselies, 35,1°C à Dourbes et à Ernage, 35,8°C à Bierset, 33,5°C à Buzenol, 31,7°C à Saint-Hubert, 37,0°C à Kleine-Brogel et 38,2°C à Gand.
 
Dans l’après-midi, à l’instar des jours précédents, l’instabilité est suffisante pour générer des orages épars sur le sud et l’ouest du pays. Un orage assez fort se produit entre Charleroi et Waterloo, avec localement de la grêle. En soirée, l’approche du front froid précédé de lignes de convergence génère une série d’orages localement forts qui remontent du nord de la France sur l’extrême ouest du pays. Un autre orage local éclate sur la Hesbaye.
 
La nuit suivante et tôt le lendemain matin, le front avance sur le pays, donnant encore l’un ou l’autre faible orage ça et là.
 
 
*Le géopotentiel exprime l’altitude à laquelle il faut monter pour trouver une pression donnée. Plus cette altitude est haute, plus la masse d’air est anticyclonique, plus elle est basse et plus la masse est dépressionnaire.

Laisser un commentaire