La tornade de Braine-le-Comte

Parmi les quelques tornades de bonne intensité qui ont concerné la Belgique durant ces dernières décennies, celle qui concerne Petit-Roeux-lez-Braine et ses environs l’après-midi du 1er octobre 2006 mérite une place dans le palmarès. Elle est de plus un phénomène qui fut fortement médiatisé car photographié et filmé par de multiples témoins sous différents angles de vue. Elle restera assurément une des plus belles tornades qu’ait connu la Belgique.

 

Source: C. De Keyser sur Météo Belgique.


Situation atmosphérique du jour

Le 1er octobre s’inscrit au sein d’un automne exceptionnellement chaud et sec (voir dossier : automne 2006). Septembre a eu tout d’un mois d’été. Depuis plusieurs jours déjà, les courants maritimes ont gagné nos régions, mais tout en gardant une composante très douce dans les basses couches de l’atmosphère. Plus en altitude, une forte dynamique s’est mise en place. Un fort courant Jet entretient de puissants forçages susceptibles de faire dégénérer les orages les plus costauds. Les différences de direction de vent selon l’altitude, appelées cisaillement, achèvent de rendre la situation critique.

Une supercellule tornadique transite sur le Hainaut

L’orage à la base de la tornade est une supercellule parmi plusieurs autres orages du même type transitant sur la Belgique ce jour. Ainsi, une autre de ces supercellules donnera une brève tornade à Duffel, dans la périphérie d’Anvers.

L’orage supercellulaire responsable de la tornade de Braine-le-Comte transite à travers le Hainaut, puis traverse le Brabant Wallon, le Brabant Flamand et le Limbourg avant d’achever son parcours sur le Limbourg néerlandais. Il est particulièrement bien organisé sur le Hainaut où sa rotation est clairement mise en évidence sur base des radars Doppler, notamment lorsqu’il se trouve au-dessus de la région de Braine-le-Comte vers 18h00.

Source: vinch.be

Un parcours d’une dizaine de kilomètres

La tornade prend naissance au nord-ouest de Soignies, près de la Chaussée de Lessines, au lieu-dit « Cerisiers ». Elle prend une direction nord-est qui lui fait éviter les zones densément bâties. Néanmoins, des fermes se localisent le long de sa trajectoire. Le phénomène en atteint ainsi plusieurs, notamment à la rue de la Corbétière à Petit-Roeulx-lez-Braine où les bâtiments sont gravement endommagés. C’est à ce niveau que la tornade atteint son paroxysme, avec une intensité correspondant à la limite entre les échelons F2 et F3 de l’échelle de Fujita. Le tourbillon oblique régulièrement en direction du nord-est en se dirigeant vers le lieu-dit « Flament » qu’il atteint en se dissipant.

Trajectoire approximative de la tornade. Source: Belgorage.

Une tornade très médiatisée

La tornade de Braine-le-Comte a fait l’objet de multiples photos et vidéos qui ont été reprises dans les médias belges mais aussi internationaux. Le fait que les conditions de visibilité étaient optimales ont permis son observation depuis différents points de vue. Enfin, la force de la tornade a frappé les esprits. Un phénomène de cette puissance est relativement rare en Belgique. Il s’agissait ainsi de l’une des tornades les plus fortes depuis celle de Léglise (province du Luxembourg) en 1982.

La sélection suivante reprend quelques images de cette tornade mémorable. Elles sont présentées dans l’ordre supposé chronologique.

Source: gamerz
Vue depuis Rebecq. Source: N. Hugo via Météo Nature
Source: Weerwoord
 
Source: Source: C. De Keyser sur Météo Belgique.
 
Les deux dernières photos ci-dessous montrent la dissipation progressive de la tornade.
 
Source: C. De Keyser sur Météo Belgique.
Source: Vinch2.be

Ci-dessous, quelques vidéos du phénomène.

Extrait du journal télévisé de LCI.
 
Extrait du journal télévisé de la RTBF.

Laisser un commentaire